Philosophie générale

La reprise du domaine en 2014 par Valentin s’est faite dans le cadre d’une reconversion professionnelle. C’est en effet après des études de Droit et un poste de fonctionnaire-attaché de préfecture que Valentin a décidé de revenir à ses origines paysannes.

Cette reconversion n’est pas anodine car, c’est chargé de ce bagage culturel que Valentin est revenu dans le Jura.

D’abord, il ne peut qu’être fait mention de l’Eloge du carburateur de l’essayiste américain Matthew B. Crawford dans le choix de la reconversion. En effet, si sa lecture n’a pas été le déclencheur de la reconversion, ce livre a néanmoins parachevé une réflexion sur « le sens et la valeur du travail ». Ce livre doit être considéré comme un manifeste pour une approche intellectuelle des métiers considérés à tort comme « manuels ».

C’est également en connaissance des écrits de Rudolf Steiner (d’abord connu comme le pédagogue) que Valentin reprend le domaine en le convertissant naturellement vers la biodynamie. La pensée monumentale de Steiner est extrêmement impressionnante et si elle conduit souvent des sceptiques à douter de sa pertinence, elle force néanmoins le respect.

philo1e
philo2

Sa puissance de perception du monde sensible et ses nombreuses prémonitions dans le domaine agricole via son Cours aux agriculteurs font de lui un penseur dont l’invitation à l’observation et à la méditation nous accompagne au fil des saisons.

Un penseur plus actuel et lui aussi singulier, Masanobu Fukuoka, auteur de la célèbre Révolution d’un seul brin de paille, nous a transmis une philosophie de travail non moins originale et qui pourrait être synthétisée par cette réflexion : « Les êtres humains font quelque chose de mal avec leurs tripatouillages, laissent non réparés les dommages, et quand les résultats défavorables s’accumulent, ils travaillent de toutes leur force à les réparer ». La mise en place des TCS sur le domaine s’est évidemment déroulée dans une réflexion induite par ses remarques.

Enfin, « Les pieds sur terre » traduit d’abord un état d’esprit, mais également, s’entend comme un hommage à nos pairs pionniers du « bio » qui, souvent raillés, ont en réalité choisi ce mode de culture de manière pragmatique et visionnaire. Enfin, il s’agit d’un clin d’œil à une émission radiophonique du même nom qui nous accompagne quotidiennement dans nos vignes.