A la vigne

Les vignes sont cultivées en agriculture biologique. Les sols jurassiens sont réputés relativement difficiles à travailler. Les nôtres sont essentiellement constitués de marnes du trias, plus ou moins lourdes, et nécessitent un travail important à la vigne.

Nous partageons l’idée selon laquelle 80 % du vin se fait à la vigne. Ainsi, nous y attachons une grande importance et nous mettons tout en œuvre pour favoriser la vie du sol.
Nous appliquons les préparations biodynamiques 500 (bouse de corne), 501 (silice de corne) et 508 (décoction de prêle).

Au cours de la saison végétative, les vignes reçoivent les traitement classiques composés de soufre et de bouillie bordelaise mais ceux-ci sont systématiquement complétés par des tisanes de prêle, d’ortie, de consoude, de reine des prés ou d’achillée millefeuille.

a-la-vigne-1
a-la-vigne2

Au cours de son expérience alsacienne, Valentin a beaucoup appris des techniques culturales simplifiées, ou techniques de conservation des sols (TCS).

Nous implantons des couverts végétaux ou engrais verts avec un système de semis direct. Ceux-ci visent à corriger, plus naturellement que ne le feraient des outils mécaniques, les propriétés du sol.

Ainsi, les crucifères (radis, choux…) décompacteront les sols, les légumineuses (trèfle, féverole, pois…) enrichiront le sol en azote pendant que des fleurs mellifères (phacélie, cosmos…) favoriseront la faune auxiliaire ; le tout améliorant naturellement la vie microbiologique des sols. Ces couverts sont roulés (et non plus fauchés) à l’aide d’un rouleau écraseur.

Le travail sous le rang est réalisé mécaniquement avec des lames interceps, et énormément avec l’outil par excellence du vigneron : la pioche, avec une bonne dose d’huile de coudes !